En finir avec la blouse d’hôpital !

Lorsque nous somme malades, nous sommes amenés à porter la blouse d’hôpital et devenons ainsi stigmatisés par notre maladie. Nous n’existons plus qu’à travers ce statut de malade. Les autres champs de notre vie disparaissent. Le port de vêtements informes ou uniformes, sans différence, participent ainsi à cette stigmatisation et à notre perte d’identité.

 

Pourquoi devons-nous en finir avec la blouse d’hôpital ?

blouse d'hôpital humiliante

La blouse d’hôpital, vue par les soignants

La blouse d’hôpital a le gros avantage d’être extrêmement pratique pour le personnel hospitalier. Elle permet de changer les patients rapidement, de leur placer un bassin facilement en cas de besoin et de les soigner sans les dévêtir entièrement ou au contraire, de les dévêtir rapidement.

La blouse d’hôpital et ses répercussions sur le mental du patient

Mais pour certains patients ces blouses d’hôpital sont très humiliantes. C’est un vêtement informe et uniforme. Les patients ne s’habillent plus « normalement », ce qui conduit à leur perte d’identité et de personnalité.

Dans la Publication de la REVUE de l’association JALMAV appelée « les incertitudes du corps souffrant », la question posée est la suivante : Quelle place tient l’apparence d’une personne à la fin de sa vie ?

La Revue JALMAV commence ainsi :

“Unité de soins palliatifs. Un bénévole entre dans la chambre où repose une personne âgée chauve et émaciée. Il s’approche et commence à voix basse sa rencontre :

– « Bonjour Monsieur. »

– « Je suis une femme. » répond douloureusement la personne.”

L’apparence perdue peut accabler jusqu’à remettre en question son identité d’homme ou de femme.

La blouse d’hôpital et ses répercussions sur le potentiel de guérison du patient

Outre la sensation de perte d’identité, il a été constaté par des soignants que la blouse d’hôpital favorise l’alitement des patients, et donc leur perte d’autonomie. Ce qui retarde leur sortie de l’hôpital.

De plus, elle favorise les thromboses, les escarres, mais aussi la perte de confiance et la dépendance vis-à-vis des soignants, ou même l’infantilisation.

Autant de facteurs qui ralentissent leur potentiel de guérison, voire dégradent leur état de santé.

 

Comment continuer à s’habiller normalement, en cas d’hospitalisation ?

 

Jupe bleue adaptée pour femme NAESTS’habiller, être habillé,

  • c’est remettre en place une certaine forme d’intimité et une mise à distance de l’autre,
  • c’est pérenniser sa personnalité et ne pas disparaître derrière la maladie,
  • c’est être présent, être vivant.

L’identité personnelle étant très liée à la représentation de soi, on comprend aisément l’effraction que représente la maladie qui est une atteinte à son image corporelle. S’habiller, ou habiller autrui c’est lui donner des armes pour supporter le regard de l’autre.

Des vêtements « normaux » mais adaptés à l’hospitalisation

Chemise jeans adaptée pour homme NAEST

Pour maintenir la dignité et l’impression de rester soi-même, malgré la maladie, on peut continuer à s’habiller normalement. Et cela avec des vêtements au look normal, qui correspondent à notre personnalité, mais qui sont adaptés à l’hospitalisation. Par exemple, adaptés au besoin de poser un cathéter, de pratiquer des soins, de pouvoir s’habiller sans douleur, voire seul, ou avec plus d’autonomie et ainsi éviter l’infantilisation.

 

 

 

 

 

 

#PortezVousMieux